lundi 22 février 2010

Ballot Screen Windows : Microsoft le propose en test cette semaine

Microsoft a confirmé que l’écran multi-choix permettant aux utilisateurs de Windows de choisir leur navigateur Internet serait disponible en test dans le courant de la semaine, avant son lancement officiel le 1er mars.

La mise en service de l'écran multi-choix ou « ballot screen » dans Windows est imminente. Microsoft a confirmé qu'il mettrait cet outil à disposition des usagers de Windows XP, Vista et Seven dès le 1er mars, en avance sur le planning fixé par l'Union européenne.

Mais dès cette semaine, un test grandeur nature sera proposé en Angleterre, en Belgique ainsi qu'en France. Les volontaires pourront aller télécharger l'écran multi-choix depuis le site Windows Update.

Douze navigateurs proposés

S'ils utilisent Internet Explorer par défaut, l'écran s'ouvrira sur une page expliquant ce qu'est un navigateur Internet, puis les invitera ensuite à en choisir un parmi les 12 proposés. Les 5 navigateurs les plus populaires (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Opera et Safari) apparaissent en premier de façon aléatoire, conformément à la demande de la Commission européenne. Les autres (AOL, Maxthon, K-Meleon, Flock, Avant, Sleipnir et Slim) suivent de la même manière.

La liste devrait être mise à jour tous les 6 mois. Le logo ainsi que le texte descriptif de chaque navigateur est fourni par son éditeur.

Trois options sont proposées à l'usager : cliquer sur le bouton "Installer", "En savoir plus" ou "Sélectionner ultérieurement" de sorte que l'écran multi-choix se représentera lors du prochain démarrage de Windows. Un raccourci sera également créé sur le Bureau. Les utilisateurs qui préfèreront garder Internet Explorer seront invités à passer à la version 8. (Eureka Presse)

Source ZDNet

Posté par seblinux89 à 13:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,


lundi 20 juillet 2009

Microsoft abandonne l'installation d'Internet Explorer 8 par défaut

Microsoft annonce avoir modifié la procédure d’installation de son navigateur en ajoutant une étape permettant aux utilisateurs de ne pas choisir IE 8 par défaut. Une modification effective à partir du 11 août.

Internet Explorer 8 ne s'installera plus d'office comme navigateur par défaut. Un changement important que Microsoft a succinctement annoncé en expliquant avoir tenu compte « d'un grand nombre de retours de personnes et de groupes différents ».

Jusqu'à présent lors de l'installation d'IE 8, la possibilité de ne pas le choisir comme navigateur par défaut n'était proposée que dans la procédure d'installation personnalisée. L'installation automatique, choisie par la plupart des usagers, imposait IE 8 au détriment de tout autre navigateur déjà installé. Microsoft a précisé que cette modification serait disponible à travers la prochaine série de mises à jour dynamiques du navigateur le 11 août.

Elle s'appliquera aux PC sous Windows XP et Vista et aussi en cas d'installation de Windows 7.

Microsoft toujours en négociation avec Bruxelles

Cette procédure d'installation avait été dénoncée par Opera Software, à l'origine de la plainte déposée auprès de la Commission européenne pour la vente liée d'Explorer et de Windows. La Fondation Mozilla est aussi au nombre des sociétés admises en tant que tierces parties dans cette affaire. Les autorités européennes envisagent d'imposer à Microsoft d'intégrer dans Windows un module offrant la possibilité d'installer le navigateur de leur choix.

Une idée que la firme de Redmond a cherché à contourner en annonçant que la version européenne de Windows 7 serait livrée sans IE 8. Une idée mal accueillie par la Commission européenne qui compte mener son action à son terme.

Aux dernières nouvelles, Microsoft cherchait à négocier un accord avec Bruxelles. Ce changement dans l'installation d'IE 8 sera-t-il perçu comme un nouveau gage de bonne volonté ? (Eureka Presse)               

Par la rédaction, ZDNet France

Source ZDNet

Posté par seblinux89 à 18:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

mardi 16 juin 2009

L’Europe demande la suppression des images originales de Google Street View

La conservation des logs par le moteur de recherche n’est plus le seul centre d’intérêt d’Article 29. Le groupe de travail européen s’intéresse aussi au stockage des images utilisées dans Google Street View.

Le groupe Article 29 composé des CNIL (ou leur équivalent) des 27 pays membres de l'Union européenne demande à Google de détruire les photos originales, c'est-à-dire non anonymisées, utilisées pour son service Street View.

Sur son service Web, pour se conformer à la législation européenne, Google affiche des photos dont des éléments ont été préalablement floutés. Il s'agit des visages et des plaques d'immatriculation des véhicules photographiés. Mais les photos originales, c'est-à-dire avant floutage, sont également conservées par Google.

Google tenu d'informer le public avant de photographier

Le groupe de travail Article 29 sur la protection des données, présidé par Alex Türk (président en France de la CNIL), demande à Google de s'engager sur la suppression de ces images originales. La société américaine se déclare prête à respecter cette requête, mais à long terme.

Les applications utilisées pour flouter les contenus génèrent encore parfois des faux positifs, explique Google sur son blog. Il lui est donc nécessaire de conserver un certain temps les images originales pour remédier à ces erreurs lors du traitement automatique des images.

Toujours sur son blog, Google indique que ses ingénieurs vont collaborer avec le groupe Article 29 afin d'aboutir à une période de conservation des images la plus courte possible et conforme aux lois européennes.

Enfin Google assure qu'il continuera de se conformer à la première demande du groupe de travail consistant à informer le public avant toute opération de capture d'images dans un pays membres. La firme américaine affirme avoir commencé dès le début de l'année à travailler avec la presse pour signaler le passage de ses véhicules, les Google cars munies d'appareils de photographie panoramique.                

Par Christophe Auffray, ZDNet France

Source ZDNet

Posté par seblinux89 à 22:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 13 juin 2009

Europe : Windows 7 sera livré sans Internet Explorer

Microsoft a annoncé hier qu’il commercialiserait son prochain OS sans Internet Explorer dans l’Union européenne. La Commission européenne réclamait elle que plusieurs navigateurs soient préinstallés dans l’OS afin de laisser le choix aux consommateurs.

Mis à jour- Alors que l'enquête menée par les instances européennes sur la vente liée de Windows et d'Internet Explorer suit son cours, Microsoft a tenté d'en réduire la portée en annonçant un geste fort.

Le 22 octobre prochain, Windows 7 sera commercialisé sans Internet Explorer au sein de l'Union européenne. « Etant donné la procédure judiciaire en cours, nous avons décidé qu'au lieu d'inclure Internet Explorer à Windows 7 en Europe, nous l'offrirons séparément et sur une base d'utilisation facile à la fois aux fabricants et aux usagers d'ordinateurs » a déclaré Dave Heiner, le directeur juridique adjoint de la firme.

Microsoft reporte sur les constructeurs la charge d'installer Internet Explorer

L'éditeur recommande donc aux constructeurs de préinstaller Internet Explorer 8 et/ou un ou plusieurs autres navigateurs avant la mise sur les rayons. Si Microsoft semble se soumettre à la législation européenne, il n'entend pas pour autant renoncer à faire jouer ses relations auprès des fabricants de PC pour demeurer en bonne place sur les machines vendues.

D'ailleurs du côté d'Opera, on ne s'y trompe pas. Pour le directeur technique de l'éditeur norvégien Opera, Hakon Wium, il s'agit d'une non-annonce. Interrogé par Computer World, il explique que Microsoft encourage juste les constructeurs à installer eux-mêmes Internet Explorer, et donc, pour les utilisateurs, le changement restera totalement inexistant.

En outre, selon Hakon Wium, Microsoft ne précise pas quel composant précis du navigateur sera effectivement retiré de Windows. Microsoft ne s'est pas non plus engagé à ne pas pousser ensuite le téléchargement de son navigateur via le service de mise à jour de Windows. Un processus justement enclenché. Internet Explorer 8 est actuellement proposé dans Windows Update en tant que mise à jour de niveau « important ». 

Les choses vont-elles en rester là ? Probablement pas

La décision surprise n'aura peut être pas l'effet escompté. Car comme l'a rappelé la Commission dans un communiqué suivant cette annonce, sa préconisation allait à l'intégration de plusieurs navigateurs dans l'OS de Microsoft afin que les consommateurs aient le choix.

La Commission européenne n'a pas encore rendu son avis sur la manière dont Microsoft a répondu à ses « griefs ». Elle vient d'ailleurs d'envoyer un questionnaire aux fabricants de PC afin de savoir si Microsoft tentait de faire pression sur eux pour les pousser à favoriser son navigateur.

De ces réponses dépendra beaucoup la suite de la procédure. Et la décision de Microsoft de vendre Windows 7 sans Internet Explorer, pourrait bien être interprétée comme une nouvelle attitude hégémonique. (Eureka Presse)

Source ZDNet

Posté par seblinux89 à 22:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

mardi 24 février 2009

L’union européenne étudie la possibilité de mettre la VoIP sur écoute

Pour contrer les nouveaux modes de communication du grand banditisme, l’Union Européenne envisage de pouvoir mettre sur écoute les dispositifs de Voix sur IP (VoIP). L’Italie va coordonner une étude de faisabilité à l’échelle du continent

Eurojust, l'unité de coopération judiciaire de l'Union Européenne, a lancé une grande étude de faisabilité à l'échelle de l'Europe pour évaluer s'il est techniquement et légalement possible de mettre sur écoute des conversations passées sur un réseau IP.( voix sur IP)

Skype et d'autres outils de VoIP seraient en effet utilisés par des criminels et trafiquants du grand banditisme. Conséquence : ces conversations restent pour l'instant à l'abri des écoutes administratives mandatées par la justice dans les différents pays de l'UE.

L'Italie en première ligne 

C'est l'Italie, très impliquée dans la lutte contre la mafia et le grand banditisme, qui mène la coordination de cette étude de faisabilité au sein de l'Union.

Carmen Manfreda, membre d'Eurojust pour l'Italie, a justifié cette étude, lors d'un colloque la semaine dernière à Milan : « la possibilité d'intercepter des conversations téléphoniques via Internet va devenir un outil essentiel dans le combat contre le crime organisé à l'intérieur de l'Europe et au delà. Notre but n'est pas d'empêcher les utilisateurs de profiter de la téléphonie Internet, mais d'éviter que des criminels utilisent Skype ou d'autres systèmes pour planifier et organiser leurs actions contraires à la loi. »

Skype prêt à collaborer

D'après les autorités italiennes, le logiciel de VoIP de la filiale d'eBay serait en effet de plus en plus utilisé par les réseaux criminels, et Skype était directement visé par les policiers italiens dans le rapport préliminaire qui a débouché sur la lancement de l'étude de faisabilité par Eurojust.

Joint par ZDNet UK, un porte parole de Skype a réfuté les articles de presse indiquant que sa société aurait refusé de travailler avec les autorités européennes. Il a indiqué que « Skype reste intéressé dans une collaboration avec Eurojust malgré le fait qu'ils ont choisi de ne pas nous contacter avant de publier un rapport infondé. »

               

Par Vincent Birebent,

Source ZDNet

Posté par seblinux89 à 11:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


mercredi 18 février 2009

Les eurodéputés s'engagent pour un « accès sans réserve à Internet »

Le rapport d'un député visant à garantir aux citoyens le « droit d’accéder à l’ordinateur et à l’Internet » a été adopté par la commission des libertés civiles du Parlement européen. Une nouvelle expression du refus de voir notamment s'appliquer la riposte graduée.

Une nouvelle fois, les eurodéputés expriment leur vigilance et leur désaccord face aux projets de lois de certains Etats de l'UE tentés de limiter l'accès à Internet.

La commission des Libertés civiles, de la Justice et des Affaires intérieures a adopté à l'unanimité de ses 44 membres un rapport du député grec Stavros Lambridinis (groupe PSE). Il vise à garantir aux citoyens européens « un accès à Internet sans réserve et sûr », à renforcer « l'engagement résolu de lutter contre la cybercriminalité », mais aussi à porter « une attention constante à la protection absolue et à la promotion renforcée des libertés fondamentales sur Internet ».

Ce rapport servira de base pour des recommandations au conseil de l'Europe et devra encore faire l'objet d'un vote du Parlement en assemblée plénière.

Source ZDNet

Posté par seblinux89 à 20:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 27 janvier 2009

Les constructeurs de PC contraints par Bruxelles d'intégrer plusieurs navigateurs ?

Dans sa déclaration de résultats financiers à la SEC, Microsoft indique craindre que la Commission européenne impose aux constructeurs de fournir plusieurs navigateurs dans leurs machines.        

               

Sous le coup d'une enquête de la Commission européenne pour vente liée (suite à une plainte de l'éditeur norvégien Opera software), Microsoft pense que les autorités de Bruxelles pourraient forcer les constructeurs de PC et les intégrateurs (OEM) à livrer plusieurs navigateurs avec leurs PC sous Windows, au lieu du seul Internet Explorer comme c'est souvent le cas aujourd'hui.

C'est ce que la firme de Redmond affirme dans sa déclaration à la SEC, le gendarme de la Bourse aux Etats-Unis, concernant ses résultats financiers pour le 4e trimestre 2008 (clos le 31 décembre 2008). Microsoft craint également une forte amende dont le montant serait calculé sur les ventes de Windows au sein de l'Union européenne.

Pas de commentaire du côté de Bruxelles

Autre inquiétude, l'éditeur pourrait se voir contraint de désactiver certaines lignes de code dans Internet Explorer, si un client opte pour un autre navigateur préinstallé sur son PC.

Dans ce document, Microsoft confirme, par ailleurs,  qu'une seconde enquête de la Commission européenne a été lancée en janvier 2008 sur les produits bureautiques de la famille Office, suite à une plainte déposée par une association de concurrents de Microsoft.

Joints par ZDNet.fr, les représentants de l'exécutif européen ont refusé de commenter les craintes de Microsoft.

               

Par Vincent Birebent, ZDNet France

Source ZDNet

Posté par seblinux89 à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 20 janvier 2009

Vente liée : Bruxelles reproche à Microsoft de livrer IE avec Windows

Une nouvelle fois, Microsoft est accusé de vente liée et d'abus de position dominante par les autorités européennes. Il lui est reproché de livrer Internet Explorer avec ses OS Windows. L'éditeur a huit semaines pour organiser sa défense.

Un an. C'est le temps qu'il aura fallu à la Commission européenne pour examiner la plainte déposée en décembre 2007 par Opera software et livrer les conclusions de son enquête. Elle a annoncé avoir envoyé le 15 janvier à l'éditeur de Redmond une « communication de griefs » concernant le lien entre Internet Explorer et Windows.

Dans sa lettre, l'exécutif européen estime que la vente liée du navigateur web avec le système d'exploitation « dominant » Windows pour PC clients est « contraire aux règles du traité CE relatives à l'abus de position dominante ».

Une vente liée qui porte préjudice aux autres navigateurs

Encore une fois, Bruxelles conteste l'intégration systématique d'un logiciel Microsoft dans Windows. « La vente liée de l'Internet Explorer avec Windows, qui a pour effet d'équiper de l'Internet Explorer 90 % des PC dans le monde, porte préjudice à une concurrence par les mérites entre navigateurs web concurrents dès lors qu'elle confère à l'Internet Explorer un avantage artificiel en matière de distribution, avantage que les autres navigateurs web sont incapables d'offrir », écrit la Commission européenne.

La Commission déclare s'inquiéter du fait que cette vente liée « permet à Microsoft de soustraire l'Internet Explorer à une concurrence directe avec d'autres navigateurs, ce qui porte préjudice au rythme de l'innovation et à la qualité des produits que les consommateurs obtiennent en fin de compte ».

Elle avance également un autre nouveau grief : cette situation de monopole « incite artificiellement les fournisseurs de contenu et les développeurs à concevoir des sites Web ou des logiciels essentiellement pour Internet Explorer, ce qui risque, à terme, de compromettre la concurrence et l'innovation en matière de fourniture de services aux consommateurs. »

Bruxelles enquête également sur la suite Office

Microsoft dispose de huit semaines pour répondre. Le groupe américain pourra ensuite, s'il le souhaite, présenter ses arguments de défense lors d'une audition. Microsoft a pris acte de ces nouvelles accusations : « Nous sommes déterminés à mener nos affaires en pleine conformité avec la loi européenne », assure le groupe dans un communiqué. Il précise qu'il se réserve le droit de demander une audience à la Commission.

Si l'analyse préliminaire exposée dans la communication des griefs est confirmée, la Commission pourra infliger une amende à Microsoft, l'obliger à mettre fin à l'abus et lui imposer une mesure corrective qui permettra « d'offrir à nouveau un véritable choix au consommateur et d'assurer une concurrence par les mérites », indique l'exécutif européen.

Microsoft avait été condamné une première fois en 2004 par Bruxelles pour abus de position dominante concernant la vente liée de son lecteur multimédia MediaPlayer et de son système d'exploitation Windows. Cette accusation lui avait alors valu une amende de 497 millions d'euros.

L'éditeur avait fait appel, mais la condamnation avait été confirmée en septembre 2007, et la facture alourdie à plus de 1,6 milliard d'euros. Le géant du logiciel n'en a d'ailleurs pas fini avec les ennuis : l'enquête ouverte l'an dernier par Bruxelles comporte en effet un deuxième volet, qui vise cette fois la suite Office (Word, Excel...).

               

Par Emilie Lévêque et Vincent Birebent, ZDNet France

Source ZDNet

Posté par seblinux89 à 20:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mardi 16 décembre 2008

Délocalisation : l'Europe devient plus attractive pour les services IT

Dans son classement annuel des trente pays les plus attractifs pour l'externalisation des services IT, Gartner note une nette poussée de certains Etats européens ou de la zone EMEA : Pologne, République Tchèque, Egypte et Maroc.

Source ZDNet

Posté par seblinux89 à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 9 juillet 2008

Microsoft juge l'amende record de Bruxelles « excessive et disproportionnée »

La firme de Redmond vient de communiquer les motifs qui l'ont amené à faire appel en mai dernier de sa dernière condamnation par Bruxelles. Rappelons qu'en février, la Commission européenne lui a infligé une amende record de 899 millions d'euros, soit le double de l'amende de 2004 pour abus de position dominante. Elle a jugé que Microsoft a pratiqué durant trois ans des prix déraisonnables pour l'accès aux informations permettant l'interopérabilité avec ses produits.

Aujourd'hui, l'éditeur américain considère que cette sentence est « excessive et disproportionnée ». Il estime notamment que la Commission n'a jamais précisé au préalable ce quelle entendait par des conditions de prix « raisonnables ». D'autant que les tarifs qu'il proposait n'étaient pas immuables et servaient de base à des négociations avec les entreprises souhaitant accéder à ces données. Bruxelles aurait ainsi violé l'article 253 du Traité CE en commettant une « erreur manifeste d'appréciation ».

Microsoft se plaint de n'avoir pu présenter son point de vue

Microsoft déplore également que l'exécutif européen lui a refusé le droit d'être entendu, en s'abstenant de lui donner l'occasion de faire connaître son point de vue après l'expiration de la période de référence pour laquelle il s'est vu infliger une astreinte. Cela l'aurait empêché de présenter des commentaires sur tous les aspects pertinents de l'affaire (lire la traduction intégrale des arguments de Microsoft proposée par Lemagit.fr).

Ce à quoi Jonathan Todd, porte-parole de Bruxelles sur les questions de concurrence, a indiqué que « la Commission est confiante dans le fait d'avoir rendu une décision conforme à la réglementation en vigueur ».

Le bras de fer Microsoft-Bruxelles, que l'on croyait terminé, repart donc de plus belle.

                               

Par la rédaction, ZDNet France

Source ZDNet

Posté par seblinux89 à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,